Version pdf téléchargeable

 

 

 

Le compost est le résultat d’une décomposition aérobique (en présence d’oxygène) des matières organiques. La décomposition est un processus naturel qui se contrôle afin d’optimiser la rapidité et la qualité du compostage. Ainsi, nous obtenons un résultat adapté à nos besoins et/ou aux réalités urbaines (odeurs, vermines, mouches, etc.).

Le compost mûr ressemble à de la terre et dégage une odeur de sous-bois. Il constitue un excellent amendement naturel pour le sol améliorant plusieurs propriétés de celui-ci (structure, stimulation de la vie, rétention en eau et plusieurs autres). Le compost fournit également des éléments fertilisants prêts à être utilisés par les plantes, le processus de stabilisation des éléments nutritifs facilitant cet échange.


Le compostage communautaire

Le compostage communautaire, c’est tout simplement se réunir entre voisin·e·s pour composter. L’intérêt se trouve si vous êtes locataire et/ou vous ne disposez pas de l’espace nécessaire ! Composter de manière collective est plus efficace en raison du partage des tâches, de l’espace et des savoirs. Il s’agit aussi d’une opportunité de connaître ses voisin·e·s et de créer un milieu de vie plus humain.

 

Le principe au sein du réseau de compostage communautaire est simple. Vous retrouverez principalement 3 types de bacs à chacun des sites :

Remplissage (bacs où l’on dépose les matières fraiches et où le brassage/aération est nécessaire régulièrement);

Dormance (bacs où le compost mature et où le brassage est nécessaire occasionnellement);

Réserve (bacs où se situent les outils, comme la fourche et l’aérateur, et les matières riches en carbone/matières brunes; principalement des feuilles mortes ou du bran de scie) 

 Un geste à ma portée

C’est un bon moyen de s’engager dans un processus de responsabilisation écologique et citoyenne. En faisant du compost, vous posez un geste simple et concret vers un monde plus écologique.

Améliorer la qualité de l'air et de l'eau

Le compostage permet de réduire plus de 40% de nos ordures domestiques. En diminuant le volume de nos déchets, nous minimisons la pollution de l’air et de l’eau. En effet, l’incinération des matières organiques libère des gaz à effet de serre. L’enfouissement de ces matières libère également du lixiviat qui se retrouve dans les cours d’eau et cause, entre autres, le problème d’eutrophisation. Par l’absence d’oxygène dans le processus de décomposition, l’enfouissement libère aussi des gaz à effet de serre comme le méthane, 20 à 30 fois plus dommageable que le CO2 au niveau du réchauffement climatique.

Pour en finir avec les engrais chimiques!

Les engrais chimiques sont coûteux, épuisent le sol à long terme et engendrent plusieurs problèmes écologiques, comme la pollution des cours d’eau. Sans être un engrais, le compost améliore la qualité du sol et l’enrichit d’année en année. Le compost peut également être jumelé avec un engrais naturel afin de combler les besoins spécifiques d’une plante, si nécessaire. Il est idéal pour le potager, les jardinières extérieures, les plates-bandes et même le gazon. Nous pouvons nous assurer de la qualité du compost en régissant la matière apportée et il est un excellent amendement pour le sol.

Le compost nourrit le sol. Il améliore la rétention d'eau. Il améliore la structure des sols argileux. Il rend les plantes moins vulnérables. Il stimule l’activité biologique du sol.


Pour économiser et faire économiser ma communauté

Faire du compost diminue les coûts financiers, humains et environnementaux. Par exemple, cette pratique évite la pollution et les coûts engendrés par le transport de la collecte municipale.

 

  

En tant que participant·e·s au compostage communautaire, certaines implications sont nécessaires pour le bon fonctionnement et la pérennité du projet. L’objectif étant que tou·te·s donnent un peu de temps afin d’alléger la tâche de chacun·e.

Participer à une récolte de compost

Les employé·e·s de Craque-Bitume organisent, au printemps et à l’automne, une récolte de compost mûr aux différents sites de compostage. Les participant·e·s sont invité·e·s à s’impliquer à la corvée de leur site respectif. Le but est de récolter le bac en dormance et de faire un revirement complet du bac en remplissage afin de libérer de l’espace et ainsi, continuer à composter. En contribuant à la tâche, le compost mûr vous reviendra en premier. Chaque personne qui participe à la récolte peut repartir avec au moins deux poches de compost.

 

Matières vertes (azote) 

Matières brunes (carbone)

 Fruits et légumes   Feuilles mortes, paille
 Pain, pâte alimentaire, riz   Sciures fines de bois non-traitées
 Plantes et fleurs     Fleurs fanées, plantes mortes
 Coquilles d'oeufs écrasées   Écales de noix en morceaux, noyaux
 Légumineuses   Petites branches
 Restant de plats moisis     Papier journal, carton non ciré déchirés
 Marc de café


 

Dans le doute, utiliser votre poubelle traditionnelle

C'est du vert, mais pas à Craque-Bitume

Totalement interdit

 Produits laitiers  Poussières d'aspirateur et cheveux
 Os, reste de viande et poissons  Produits chimiques
 Huiles et matières grasses  Étiquettes de fruits et élastiques
 Plantes malades  Plastiques compostables
 Mauvaises herbes montées en graine  Plastiques biodégradables
 Litières et excréments
 Cendre de bois



 

 La ration des ingrédients pour réussir un compost est très simple

 Craque-Bitume fournit la matière brune, vous n’avez pas besoin d’en apporter. Vous pouvez tout de même en déposer si vous le désirez !

L'aération et brassage

Le brassage permet de prévenir la formation de zones trop gorgées d’eau, trop asséchées ou encore de zones bien décomposées parmi d’autres mal décomposées. Cela permet aussi d’apporter de l’oxygène dans le compost.

À Craque-Bitume, nous recommandons de brasser le compost en remplissage un minimum d’une fois par mois par personne, si vous êtes à l’aise physiquement.

 

La première phase, c’est lorsque les microorganismes dits mésophiles s’attaquent aux matières facilement dégradables. La température monte alors à 40°C.
Puis, vient la seconde phase où les bactéries thermophiles travaillent à une température qui passe de 40 °C à 60°C. Cette chaleur provient de l’activité au sein du tas de compost qui est plus intense.
Ensuite, la maturation commence avec une baisse de température. C’est à ce moment que se forment différents champignons et qu’arrivent vers et insectes pour s’attaquer aux matières plus fibreuses.
La dernière phase est celle de l’humification où les vers désertent les lieux et que le compost prend l’apparence et l’odeur du terreau. À ce stade-ci, le compost est mûr et donc prêt à être récolté et utilisé !


Avant de mettre les matières résiduelles putrescibles dans les composteurs, certaines étapes doivent être respectées.

Toutes les matières doivent être coupées en morceaux, afin d’éviter les milieux anaérobiques et de faciliter le brassage. Les matières planes doivent avoir, au maximum, la taille d’une feuille d’arbre. Les autres matières doivent avoir, au maximum, une taille correspondant à la moitié de votre poing.

Si vous optez pour un contenant réutilisable afin de transporter vos matières, le meilleur contenant est celui que vous avez déjà à la maison. Les grands contenants de plastique font parfaitement l’affaire : les pots de crème glacée, les contenants grand format provenant des commerces de grande surface, les chaudières, etc.

Si vous ne voulez pas rapporter des contenants souillés, vous pouvez utiliser des sacs de papier brun non-ciré et non-plastifié. Il suffit de vider le contenu du sac dans la compostière, puis de déchirer le sac en lanières.



 

Pour les jardinières

Pour enrichir le sol des plantes en pot, il suffit de mélanger 75% de terreau et 25% de compost au moment du rempotage.

Pour rajeunir le sol des jardinières extérieures, incorporer 2,5 cm de compost au sol de surface.

Pour le potager ou les plates-bandes

Pour enrichir le sol, appliquer 1 à 5 cm (1/3 à 2 pouces) de compost selon la richesse du sol et le besoin des plantes. Mélanger le compost avec le sol. Éviter de semer ou de planter directement dans le compost.

Pour les plantes d'intérieur

Il est recommandé de faire un thé de compost pour éviter la prolifération des insectes pouvant être présents de le compost.

Mettre une partie de compost dans une vieille taie d’oreiller ou autre contenant perméable. Laisser infuser dans 3 parties d’eau tiède durant une nuit ou jusqu’à ce que le liquide ait la couleur du thé. Ensuite, fertiliser les plantes.

Si le liquide est trop foncé, il est important de le diluer pour éviter de brûler les plantes. Le thé ne se conserve pas plus que quelques jours. Étendre le compost infusé dans le jardin ou le remettre dans le bac à compost.

 

Collection: