Ici pour la version téléchargeable

 

Définition du compostage

 

  • Le compostage est un procédé naturel qui permet de transformer les matières organiques, comme les feuilles et les restes de table, en un excellent fertilisant pour la terre de votre jardin et vos aménagements paysagés. Cette transformation s’effectue, entre autres, grâce aux micro-organismes et aux vers de terre qui décomposent les matières organiques en éléments dont se nourrissent les plantes.
  • En optimisant le processus de décomposition, nous augmentons sa rapidité et la qualité du compost. Ainsi, nous obtenons un résultat adapté à nos besoins et/ou aux réalités urbaines.
  • Le compost constitue une heureuse alternative aux produits chimiques. Incorporé au potager ou dans les plates-bandes, il améliore les qualités du sol et permet d'obtenir des plantes vigoureuses et en santé.
  • Étendu sur la pelouse, au printemps et à l'automne, il lui procure une nouvelle vitalité.

 

Les bienfaits du compostage


Un coup de pouce pour l'environnement

Forte réduction des déchets incinérés ou enfouis

  • L'enfouissement de déchets compostables implique émanations de méthane et écoulement de lixiviat.
  • L'incinération de déchet compostables quant à lui est plus énergivore, sa température implique la production de dioxines et de furannes et ce type de déchets réduit son efficacité.


Plus dans nos poches et plus pour le sol

Les résidus de cuisine nous redonnent un fertilisant économique et améliore la qualité du sol en :

  • Créant une rétention d'eau et des éléments minéraux.
  • Minimise les écarts de pH du sol.
  • Donne une résistance au compactage et à l'érosion.

 

 Quoi composter et comment ?!

 

La recette de base

Le but est d'atteindre un équilibre parfait entre l'apport de carbone, d'azote, d'oxygène et d'humidité. Les organismes décomposeurs travaillent en aérobie, c'est-à-dire grâce à la présence d'oxygène. Il est donc important d'assurer un bon apport d'oxygène.

 

Les outils nécessaires pour composter

2 composteurs idéalement (grillage, bois résistant, aération, pas de fond, etc.)
1 fourche
1 pelle
1 toile résistante
Boîte ou lieu d'entreposage des outils et des matières brunes
Réserve de matières brunes
Aérateur
Tamis
Petit bac ou chaudière pour entreposer les matières organiques (vertes) 

 

 Compostable

 Matières vertes (azote)

Fruits et légumes

Pain, pâtes alimentaires, riz

Plantes et fleurs

Coquilles d'oeuf écrasées

Marc de café (filtre inclus), sachets de thé

Cheveux (non-teints, non permanentés)

Légumineuses

Matières brunes (carbone)

Feuilles mortes, paille

Sciure de bois à l'état naturelle

Fleurs fanées, plantes mortes

Terre, petites branches

Papier journal en lamelles (encre noire)

Écales de noix en morceaux, noyaux

Compost mûr

Non-compostable

(dans le doute, utilisez votre poubelles traditionnelle)

 Produits laitiers

Os, reste de viandes et poissons

Huiles et matières grasses

Plantes malades

Litières et excréments

Poussière d'aspirateur

mauvaise herbes montées en graines

feuilles de rhubarbe

Produits chimiques

Cendre de bois


 Comment s'assurer une décomposition optimale:

  • Enfouissement des matières organiques
  • Brassage
  • Aération
  • Équilibre azote/carbone
  • Humidité

 

Le cycle de remplissage de dormance

L’idéal est de se doter de deux compostières, pour permettre de faire du compostage en continu et d’être à même de récolter son compost mûr à temps pour le jardin.

Il est bon de prévoir deux corvées, l’une au printemps, l’autre à l’automne. Par exemple, si à l’automne on met notre compostière en dormance, au printemps nous sommes,normalement, en mesure d’en récolter le compost mûr, prêt à être utilisé pour le jardin. Lors de la récolte au printemps, il est bon de mettre en dormance l’autre compostière qui était en remplissage. Le compost mûr de cette dernière sera alors prêt à être récolté à l’automne. Et ainsi va le cycle...

 

Déroulement d'une récolte de compost

  • Installation du site (toile à proximité de la compostière)
  • Tamisage du compost
  • Ensachage du compost
  • Revirement du compost en remplissage
  • Mise en dormance du composteur qui était en remplissage

 

    Outils nécessaires

    • Pelles
    • Tamis
    • Toile résistantes
    • Sacs résistants

     

    Continuer son compost l'hiver

    • Le travail stop ou ralenti, mais il faut continuer à ajouter des matières brunes
    • Continuer l'apport en carbone, en moins grande quantité (plus de sciure de bois)
    • Disposer les composteurs à proximité pour facilité leur déneigement
    • L'avantage de bois : plus résistant
    • Le lombricompostage : une alternative !

     

    Le compost mûr : comment le reconnaître et l'utiliser

     

    Le compost mûr

    • Est de couleur sombre
    • Est d'aspect homogène
    • À une structure granuleuse
    • A une odeur agréable de terre de forêt
    • A une absence de vers de terre

     

    Comment utiliser le compost

    • Thé de compost : envelopper le compost dans un morceau de tissus, immerger dans un sceau d'eau et retirer quand l'eau à la couleur du thé
    • Mélanger avec le terreau : 1 partie de compost à 4-5 parties de terreau (maximum 1 pour 3)
    • Ajouter en surface des plantes d'intérieur : remplacer 1-2 cm sur le dessus
    • Donnez-en à vos proches!

     

     

      En relation avec le projet pilote

       

      Les aventages de faire son propre compost

      • Avoir du compost à porter de main
      • Avoir un compost de grande qualité
      • Réduction de la pollution (occasionnée par le futur système)
      • Être en lien avec le cycle de la vie de nos matières résiduelles

        Collection: